Informations : Simon Fauteux

Communiqué version Word

L’énigmatique auteur-compositeur suédois JONATHAN HULTÉN fera paraitre son premier album solo, Chants From Another Place le 13 mars prochain via le label Kscope. Hultén tire son inspiration du répertoire folk et choral a cappella. Les morceaux de l’album y tissent d’étonnants récits tandis que les influences musicales s’y entrechoquent pour créer un son explosif, qui rappelle Nick Drake, Sufjan Stevens et Fleet Foxes, Anna Ternheim, Chelsea Wolfe et Hexvessel ou encore la tonalité folk traditionnelle de Bert Jansch et John Martyn.

Avec Chants From Another Place, HULTÉN nous invite à découvrir un univers profondément réfléchi et personnel, au sein duquel s’entrelacent les sonorités acoustiques et les éclairs de génie gothique. HULTÉN affirme que cet album « vous guidera de façon thématique au travers de paysages d’extase. Vous franchirez les montagnes de la mort et de la renaissance, naviguerez sur les mers de l’aventure et traversez tant les terres désolées du désespoir que les forêts du mythe. Il s’agit d’un voyage intérieur, où seul le temps saura vous révéler les lieux visités. C’est à la fois un récit de mort et de renaissance spirituelles ».

Les douze morceaux qui le composent ont été enregistrés par HULTÉN dans son studio de Stockholm, en Suède, puis mixés par Ola Ersfjord du Cuervo Recording Service, basé à Madrid, en Espagne. Parti seul à la découverte de son monde intérieur, HULTÉN n’a fait appel qu’à un seul collaborateur musical, le percussionniste Nacho Montero, que l’on peut entendre sur la piste Outskirts.

La pochette de Chants From Another Place, un autoportrait de son créateur, témoigne de la mélancolie de ses morceaux et du caractère unique du chanteur. À la fois étrange et séduisante, son allure s’inspire tant des illustrations de Harry Clarke, tirées de « La Chute de la maison Usher », que du lent épanouissement de son propre personnage. « L’art est une exploration de soi. À long terme, il vous pousse à rester fidèle à vous-même, à cet homme que vous avez toujours voulu devenir. Au bout du compte, votre identité quotidienne et votre identité sur scène ne font qu’une. Ce sont les deux faces d’une seule et même médaille pluridimensionnelle. Ma performance n’est qu’un pont qui me permet d’unir ces deux personnages. Je tente de devenir une meilleure personne en embrassant ma propre excentricité. Mon style se manifeste par lui-même, en suivant le rythme de la musique. C’est un acte d’abandon et de spontanéité qui me permet de vaincre la peur. Une revendication de la liberté de mon esprit à travers une série de mouvements consécutifs », affirme-t-il.

JONATHAN HULTÉN a grandi dans la ville d’Arvika, en Suède, non loin de la frontière norvégienne, où ses parents, tous deux musiciens, l’ont encouragé à apprendre la guitare dès l’âge de dix ans. Tout de suite attiré par les cours de musique et d’art, il se souvient surtout de se retrouver « assis à dessiner au lieu de faire ce que je devais faire. Je n’étais pas nécessairement un mauvais élève, mais je passais beaucoup de temps à rêvasser et à griffonner les marges de mes cahiers. La plupart des sujets scolaires ne laissaient pas une grande place à la créativité ».

Inspiré à la fois par l’art de la rue, l’âge d’or de l’illustration et le mouvement Arts and Crafts, HULTÉN a toujours mis son talent artistique au service des projets musicaux auxquels il participe. « Il s’agissait, et il s’agit encore, d’une part très importante de la création et de la diffusion d’un morceau musical », explique-t-il. « Cette approche holistique, qui consiste à considérer l’œuvre d’art comme une partie intégrante et inestimable de l’expression, est issue des nombreuses années que nous avons passées à dessiner les pochettes de nos démos. Après tout, votre monde intérieur est votre véritable havre de créativité. »

La créativité de Jonathan sera davantage explorée lors de la sortie de son premier single The Mountain, prévue pour janvier, qui s’accompagnera d’un vidéoclip inspiré de Tolkien, de Tove Jansson et d’Aubrey Beardsley, produit et animé par HULTÉN lui-même.

Source : Kscope