Koriass

Love Suprême

Nouvel album à paraître le 5 février – En spectacle à Québec et Montréal les 5 et 6 février

Informations : Simon Fauteux / Patricia Clavel

LE RAPPEUR RÉVÈLE SON IMMENSE LOVE SUPRÊME, 12 TITRES TRÈS PERSONNELS, PARMI LES ALBUMS LES PLUS ATTENDUS EN 2016, DISPONIBLE DÈS LE 5 FÉVRIER SOUS L’ÉTIQUETTE DISQUES 7IÈME CIEL

Montréal, janvier 2016 – « Love is all you need. » Jamais entendue ni prononcée au long des 47 minutes du LP, l’immortelle phrase de Lennon semble pourtant ici s’ériger en dogme. Love is… All you need. Une phrase doctrine, une obsession distendue jusqu’à sa conception absolument narcissique. D’un bout à l’autre de l’opus, de l’échantillon extasié qui amorce « Leader » aux notes suraiguës du piano qui closent « Rien d’autre », comme le laissait présager l’insoupçonné EP Petit Love à sa sortie en décembre, et plus encore le premier extrait « Zombies » paru quelques jours plus tôt, c’est de cet amour, l’amour propre dont il question avec Love Suprême, le quatrième album convoité de Koriass. Et le ton qui l’évoque est corrosif.

« Je me suis réveillé plusieurs fois avec le sentiment que je n’étais pas à la hauteur pendant la création de cet opus », écrit Koriass dans le livret de l’album. « La recherche d’approbation est une plaie dans mon existence et m’empêche souvent d’être productif et honnête dans ma création. D’où le thème de l’album. Dans mon désir absurde d’entrer à tout prix dans la légende et de devenir éternel, cet album se veut un memento mori, un rappel de ma moralité. L’amour suprême devrait surtout être redonné au lieu d’être reçu et absorbé pour nourrir cette bête à l’appétit sans fin au creux du ventre, bête que l’on appelle le narcissisme. Tuons la bête une fois pour toutes. »

Puisant dans son hier et son aujourd’hui, Koriass fait s’entrechoquer fiction et réalité pour façonner un tout que la voix ténébreuse et vibrante de Gilbert Sicotte — faite coryphée dans les cinq « Hate suprême » qui entrecoupent le long jeu —, cimente en tragi-comédie.

« Regarde ce que t’es devenu ; t’es rendu un clown, une marionnette, rien d’autre qu’un pantin qui se fait blanchir les dents en dessous des spotlights. »

Aussi grave qu’amusé, parfois soutenu par les mots et la voix des amis Larry — « Jolies filles » — et Loud — « Pardon » —, et ceux encore de la talentueuse Sabrina Halde de Groenland — « Love Suprême » —, le rappeur aligne 12 pièces originales solides et denses. Des textes forts qui, adroitement, avec puissance et sensibilité, mis en musique par lui et ses co-compositeurs Ruffsound et Philippe Brault — ce dernier aussi à la coréalisation, par ailleurs impeccable —, donnent toute sa force et sa pertinence à cet album majeur de Koriass, probablement son plus accompli à ce jour.

Source : Disques 7ième ciel