Information : Simon Fauteux / Patricia Clavel

Antimatière : Interstice de déconstruction qui ouvre à chacun son propre code du merveilleux.

Montréal, août 2020 – Alors qu’elle met les dernières touches à ses prochaines créations expérientielles qui paraîtront au début 2021 et qu’elle prépare un ambitieux projet de spectacle, Jorane présente l’œuvre Antimatière qui est disponible sur toutes les platefomes.

D’une durée de 19 minutes, Antimatière résulte d’un dialogue fécond entre la technologie d’avant-garde et l’expression musicale dans sa forme la plus organique. Cette pièce au format résolument atypique est née d’une collaboration avec Robert Normandeau, compositeur de musique acousmatique et directeur du GRIS (Groupe recherche en immersion spatiale) à la Faculté de musique de l’Université de Montréal. Le film expérimental accompagnant Antimatière est une réalisation de François Blouin et Ottomata. L’œuvre audio-visuelle nous permet de voyager du cosmos à l’embryon, de l’infiniment grand au microscopique.

Avec, comme matière première, des enregistrements traités en temps réel des voix et des cordes telles que présentées lors de spectacles de Jorane en 2019, Normandeau a bâti une banque de sons que viendront altérer et échantillonner les deux acolytes à travers divers procédés électroacoustiques. De déconstructions en reconstructions, Jorane donne vie à un essaim orchestral et épidermique de sons. Oscillant entre pulsations inquiétantes et crescendos de splendeur, cette expérience sensorielle toute en puissance se veut une Invitation à faire le vide, se défaire de ses codes, se décomposer pour faire place au merveilleux.

Se définissant de plus en plus comme une spéléologue musicale, Jorane effectue, depuis quelques années, un travail de recherche visant à déconstruire les codes et à imaginer des méthodes de création inédites. Avec Antimatière, elle pose une pierre angulaire supplémentaire au projet le plus ambitieux de sa carrière, dont le point culminant sera atteint au printemps 2021.

Source : L-A be