Information : Simon Fauteux

Communiqué en version Word

Montréal, juin 2020The Pineapple Thief fera paraitre son nouvel album Versions Of The Truth le 4 septembre via Kscope. Le groupe partage également ‘Demons’ et la vidéo qui l’accompagne (réalisé par George Laycock, produit par Blacktide Phonic / Visual), le premier extrait de l’album à venir, disponible en précommande ici.

Avec ses paysages sonores luxuriant, ‘Demons’ est un voyage musical ambiant dans un climat immersifs enveloppé d’arrangements orchestraux majestueux.

« Les paroles parlent vraiment d’elles-mêmes », explique le chanteur Bruce Soord. « C’est un sentiment très simple, mais qui a été, en fait, assez difficile à chanter quand ce fut le temps. C’était l’une des premières chansons que nous avons écrites pour le nouvel album et les émotions qui ont nourri le morceau étaient encore très brutes à l’époque. J’aimerais penser qu’écrire des chansons comme celle-ci se révélerait cathartique, mais en réalité, ces démons ne disparaissent pas et c’est vraiment une question d’apprendre à vivre avec eux. »

Tout au long de l’album, The Pineapple Thief explore de vastes territoires sonores, avec des passages minimalistes construits sur des crescendos explosifs et des passages instrumentaux qui mélangent des éléments disparates dans un expressionnisme fluide pour créer une dichotomie immersive. C’est un album qui tient un miroir face aux chaos et aux conflits de la vie du 21e siècle et essaie de donner un sens aux reflets déformés qui le regardent. Un flou entre le réel et le perçu, entre le sens et l’intention. Le titre dit tout: c’est la trame sonore d’un monde post-vérité.

« Lorsque vous avez un conflit, la vérité est courbée et bousculée, les faits changent », explique Soord. « C’est pourquoi les gens se disputent, divorcent ou se battent – parce que personne ne peut se mettre d’accord sur la vérité. Cette idée de différentes versions de la vérité s’applique particulièrement au monde dans lequel nous vivons en ce moment. Toutes ces choses se produisent alors que personne n’a la moindre idée de la vraie vérité sur quoi que ce soit parce que tout est tellement déformé. »

La sombre pièce-titre ouvre l’album et sème les graines de ce qui suit. Faisant allusion à des amitiés brisées et à la façon dont la vérité devient la première victime, même dans les conflits les plus personnels, elle trouve Soord abordant le sujet sous deux angles opposés mais connectés. Ce courant sous-jacent très personnel coule dans tout l’album. « Driving Like Maniacs » dépeint l’image d’une amitié toujours destinée à s’écraser, tandis que «Our Mire » trouve Soord abordant les conséquences qui surviennent à la suite d’une relation brisée.

Les thèmes de l’album – perspectives en constante évolution et vérités malléables – se reflètent sur la pochette. Gravure de l’artiste allemand Michael Schoenholtz, elle présente une série de formes cinétiques et abstraites qui semblent révéler une image différente à celui qui la regarde. Gavin Harrison est tombé sur la gravure juste au moment où le groupe terminait Versions Of The Truth, et l’a montré à ses camarades. « Cette gravure particulière a semblé résonner avec moi », explique Harrison. « En cinq minutes, nous avions tous choisi la même image. C’est le processus de sélection le plus rapide que j’ai jamais vu pour un groupe. Comme c’est souvent le cas avec l’art contemporain moderne, différentes personnes y trouvent un sens différent. Personnellement, je le vois comme un labyrinthe intrigant qui dépeint le processus mental de la créativité. Il n’a jamais de lignes droites. »

Produit par les quatre membres du groupe – le chanteur Bruce Soord, le claviériste Steve Kitch, le bassiste Jon Sykes et le batteur Gavin Harrison – Versions Of The Truth allie une ampleur musicale stellaire à un éventail d’émotions qui vont de la colère à la confusion, à la tristesse et au regret et même des lueurs d’espoir. Par endroits, l’album est carrément autobiographique. Dans d’autres, il affronte de front le chaos de la vie moderne.

Versions Of the Truth est possiblement le meilleur album de The Pineapple Thief. Il reprend les triomphes créatifs et commerciaux des deux derniers albums, Your Wilderness (2016) et Dissolution (2019) et les magnifie.

Musicalement audacieux et incitant à la réflexion, c’est le son d’un groupe déterminé à aller de l’avant.

Source : Kscope