Information : Simon Fauteux

En spectacle
30/06 – Montréal – Scène TD (FIJM)

Montréal, juin 2024 – Le virtuose trompettiste de jazz néo-zélandais-canadien Lex French partage aujourd’hui l’extrait « Colour Grid » disponible sur toutes les plateformes, tiré de l’album In The World’s First Summer à paraître le 4 octobre via Justin Time. Décrit par le critique de jazz d’ICI musique Stanley Péan comme « un trompettiste extraordinaire », il est en voie de devenir une étoile brillante sur la scène du jazz canadien en plus d’être un compositeur et arrangeur prolifique.

In The World’s First Summer est inspiré du légendaire deuxième quintet de Miles Davis, un groupe qui a influencé tant de musiciens au cours des 50 dernières années. « Quand j’avais 16 ans, en 1998 ou 1999, j’ai acheté un exemplaire de l’album de Miles Davis de 1967, Miles Smiles », raconte French. « J’ai été immédiatement captivé. Depuis cette première écoute, j’ai voulu diriger un groupe qui suivrait les traces du deuxième quintet de Miles. Son quintet était un groupe qui donnait la priorité à la communication et à l’improvisation, embrassait des paysages sonores harmoniques riches et ouverts et, surtout, plaçait l’esprit de spontanéité au centre de tout ».

Afin de jouer avec une telle spontanéité et des lignes de communication ouvertes, il est important que chaque musicien du groupe soit un musicien exceptionnel à part entière. François Bourassa (piano), Morgan Moore (basse) et Jim Doxas (batterie) sont tous des musiciens improvisateurs de haut niveau qui peuvent apporter leur approche individuelle et personnelle à la musique mais aussi fonctionner en tant que membres du groupe afin de créer un tout qui est plus grand que la somme de ses parties.

Et la musique ? « In the World’s First Summer est une mise en musique du poème de James K. Baxter sur la mort de son corps, tandis que Colour Grid s’inspire du tableau New Harmony de Paul Klee. Falling Up est une chanson qui a flotté dans ma tête pendant environ 5 ans avant que je trouve comment l’écrire et garder l’esprit de la chanson intact. Un certain nombre d’autres morceaux – Nana, Going Home, V’là L’bon Vent – ​​sont des arrangements de chansons folkloriques de différentes traditions, tandis que Huancavelica est une nouvelle composition. Mes arrangements de ces chansons sont des tentatives pour donner un sens à cette musique qui traverse le temps et parvient toujours à raconter nos histoires. Bye Bye Blackbird nous ramène à Miles et à la fin de son premier quintet avec John Coltrane… regardez la version en spectacle de l’Olympia et vous verrez au loin les premières lueurs de son deuxième quintet, la même lumière scintillante qui traversé le temps de 1967 à 1999, m’a saisi et ne l’a jamais lâché » explique French.

Source : Justin Time