Informations : Simon Fauteux / Larissa Souline

Communiqué en version Word

Montréal, janvier 2020 – Sur le nouvel album André Mathieu – Concerto de Québec et œuvres pour deux pianos, disponible le 14 février via Warner Classics, Alain Lefèvre et Hélène Mercier redonnent vie aux transcriptions pour deux pianos de l’un de leurs compatriotes québécois.

Cet album est le fruit d’une rencontre musicale québécoise sur une terre inspiratrice et prodigue, trait d’union puissant entre le compositeur André Mathieu et ses interprètes d’origine ou d’élection québécoises, Hélène Mercier et Alain Lefèvre, qui se connaissent depuis leur enfance à Montréal.

Né à Montréal en 1929, monté sur les planches du Carnegie Hall à 10 ans, André Mathieu a rapidement été salué comme étant le « nouveau Mozart » de son temps. Ce n’est donc pas un hasard que ce pianiste-compositeur se soit montré digne des éloges de Sergei Rachmaninov, l’une de ses plus grandes influences, selon qui Mathieu était « plus génial que je ne le serai jamais ». Son jeu lui avait également valu les louanges du grand critique musical français Émile Vuillermoz, qui écrivait que : « si le mot “génie” a un sens, c’est ici que nous pourrons le déchiffrer. » C’est à Paris, d’ailleurs, qu’André Mathieu avait été invité à perfectionner son art sous l’égide du célèbre pianiste Yves Nat à la fin des années 30, avant d’étudier la composition aux côtés d’Arthur Honegger au lendemain de la seconde guerre mondiale.

Archétype du génie romantique tourmenté et ayant sombré dans l’alcoolisme, Mathieu disparaîtra à l’âge de 39 ans en laissant derrière lui des bijoux musicaux parmi lesquels figurent les pièces de cet album transcrites pour 2 pianos par Achilleas Wastor. Le piano, instrument de prédilection de Mathieu est ici sans les couleurs de l’orchestre. On retrouve les œuvres à leur état d’origine, comme Mathieu les avait conçues. On est face à une grande pureté harmonique où les voix s’enchevêtrent sous des mélodies à couper le souffle.

André Mathieu a composé les 3 œuvres de cet enregistrement à l’âge de 5 ans (Concertino no 2),14 ans(Concerto de Québec) et 29 ans (Rhapsodie Romantique).

« Cet album est lié à quelque chose de très émouvant entre Hélène Mercier et moi-même » déclare Alain  Lefèvre. Hélène Mercier : « Nous nous sommes retrouvés au cœur de la nature du Québec, dans la région de Charlevoix pour enregistrer cet album. Les émotions des deux déracinés que nous sommes se sont rejointes en osmose avec ce compositeur Québécois qui porte une partie de la culture Québécoise et qui n’a jamais cessé de rêver à la ”Mère Patrie”. »

« Je crois que l’incroyable beauté du paysage québécois a grandement influencé la musique de Mathieu » de poursuivre Hélène Mercier, qui a étudié à Vienne, à New York et à Paris avant de s’établir en France. « Elle a contribué à lui insuffler non seulement de l’ampleur et du lyrisme, mais aussi une certaine qualité visuelle, voire cinématographique. Dans les œuvres que nous interprétons, le principal défi consiste à trouver un juste équilibre entre les couleurs issues de la musique française – Debussy, Fauré, Ravel, Poulenc – et celles du jazz et de la chanson française. Par ailleurs Mathieu était un grand improvisateur et sa musique s’en ressent. »

« Ses pièces sont composées en un seul souffle d’inspiration et demeurent éminemment personnelles » ajoute Alain Lefèvre. « Si ses interprètes tentent de leur imposer leur propre ego, ils perdent tout leur sens… En sus de son aspect purement physique, qui est en soi remarquable, son style nous laisse véritablement bouche bée. Sa musique est noble, sincère et dotée d’une grande pureté. Je suis émerveillé par la dimension dramatique et tragique de l’Andante de son Concertino no 2. Comment un enfant de 5 ans a-t-il pu faire preuve d’une telle maturité expressive ? »

Une chose est sûre, l’œuvre de Mathieu restera unique dans l’histoire du Québec et dans l’histoire musicale, car rien de tel n’a été entendu depuis.

Source : Warner Classics