Marie-Eve Roy

Bleu Nelson

Son premier album disponible le 4 mars - Écoutez Golden Bay, le premier extrait

Informations : Simon Fauteux / Larissa Souline

Montréal, février 2016 – Native de Granby, la chanteuse, guitariste, pianiste et auteure-compositrice-interprète Marie-Eve Roy fait partie depuis près de 20 ans du mythique groupe punk Vulgaires Machins. En 2013, après avoir lancé sept albums et effectué plus de 900 concerts au Québec et en Europe, le collectif décide de prendre une pause indéterminée. La volonté d’exprimer sa propre musicalité pousse Marie-Eve à travailler sur un premier effort solo qui deviendra Bleu Nelson, disponible le 4 mars prochain chez Costume Records. Une soirée de lancement ouvert à tous se tiendra à Montréal le 8 mars au Perfecto de 17h à 19h.

Plus minimaliste et à l’écart des terrains connus, Bleu Nelson est un album teinté de mélancolie et de réflexion personnelle. La découverte du piano électrique Wurlitzer donnera naissance à un univers unique et mystérieux où les ambiances feutrées naviguent entre les rythmes électroniques et le son « vintage ». Julien Mineau (Malajube, Fontarabie), multi-instrumentiste extraordianire, se verra confié la réalisation de ce premier album et les chansons seront enregistrées dans l’intimité du studio de son collaborateur, à Ste-Ursule, au courant de l’année 2015.

Imminemment personnel, ce premier album démontre parfaitement la capacité que possède Marie-Ève à fondre mélodies, émotions et intensité. De l’atmosphétique pièce d’ouverture Dis-moi tout, en passant par l’accrocheur et groovy premier extrait Golden Bay – région où elle restait lors de son voyage en Nouvelle-Zélande – ou encore l’émouvante Pleure dans mon cou, Bleu Nelson est le reflet de sa créatrice.

La signifiaction du titre de l’album est d’ailleurs représentatif de l’aventure. « Nelson est la ville en Nouvelle-Zélande où j’ai commencé à écrire seule. Bleu pour l’océan… La poésie nautique afin d’imager le mouvement provoqué face à l’immensité de la tâche, celle de partir solo mais aussi pour mettre en métaphore mon introspection sur la traversée d’une longue relation. Tout ce qu’on rencontre au fil du temps, les vagues, les tempêtes, le calme angoissant et malgré tout, l’urgence de continuer à avancer, seule ou pas. Nous sommes ensemble dans le même bateau, mais nous sommes chacun notre propre capitaine. »

Source : Costume Records