Les Dales Hawerchuk

Désavantage numérique

Le nouvel album disponible le 25 novembre

Informations : Simon Fauteux / Larissa Souline

Montréal, novembre 2016 – Fidèles à leur inspiration première de Hockey, Darth Vader et Kurt Cobain, et blindés d’un caractère tonique et assuré, Les Dales Hawerchuk sont de retour avec Désavantage numérique. Un quatrième gravé enregistré « en famille », live en studio sous la tutelle de Pierre Fortin (Galaxie) et épaulé par leur complice Olivier Langevin sur quelques titres.

Propulsé par un premier extrait, Désastre, qui donne une juste mesure de la giffle, le quatuor – mené par Sébastien et Sylvain Séguin aux guitares et chant, ainsi que Charles Perron à la basse et Fortin à la batterie – n’a rien perdu de sa force de frappe et renoue avec le son graveleux des premières heures et témoigne ici d’une verve contagieuse. Onze titres bien tassés, qui donnent écho aux références musicales qui habitent le noyau créatif (Queens of the Stone Age, Nirvana, Soundgarden et quelques autres) et où les guitares se font tonitruantes, les mélodies se font vers d’oreille et le rythme se délie dans la turbulence.

« On veut que ça pousse, on veut que ça kick », nous dit Sébastien Séguin, « On renoue avec la notion de fun de nos débuts ». Et toc. À travers les mielleuses envolées d’un paysage musical souvent ampoulé, sinon carrément aseptisé, les quatre hommes s’imposent et n’ont que faire des convenances. Affranchis et bien entêtés, ils demeurent – plus que jamais – fidèles à leur lignée. Non, ici, le rock n’est pas une mode, mais bien un mode de vie.

Et leur rock, ils le martèleront jusqu’au bout.

Source : La meute