Joyce DiDonato

In War and Peace, Harmony through music

15 arias baroques explorant les confins de la nature humaine disponible le 4 novembre

Informations : Simon Fauteux / Larissa Souline

Montréal, novembre 2016 – Dans le monde de l’opéra, Joyce DiDonato, lauréate de multiples prix GRAMMY, tranche par sa  personnalité charismatique et son discours engagé, et elle reconnue comme l’une des plus grandes chanteuses d’opéra au monde. Avec ce nouvel album In War and Peace, Harmony through music, disponible le 4 novembre chez Erato/Warner Classics, elle nous rappelle  que la musique « apaise les tourments, défie le pouvoir et l’immobilisme, et galvanise l’esprit. » Cette collection d’arias baroque est née d’une simple question à la suite des attaques terroristes à Paris et à Bruxelles : comment peut-on trouver la paix au milieu du chaos ?

DiDonato espère que l’album aidera ceux qui l’écoutent à répondre à cette question. Elle dit vouloir alimenter la conversation et le discours, afin de nous aider à trouver la paix de façon dynamique. « Ce que j’essaie d’exprimer dans cette sélection musicale, » explique-t-elle, « c’est que la force de faire pencher la balance vers la paix se trouve fermement ancrée en chacun de nous. » Partenaire fidèle et inspiré de Joyce, l’ensemble baroque Il Pomo d’Oro sous la direction de Maxim Emelyanychev l’accompagne dans ce voyage unique à travers ces musiques sublimes et exaltantes, dissipant le chaos par l’éternelle quête de sérénité.

War and Peace, Harmony through music se divise en deux sections – intitulées « War » et « Peace » – et comprend 15 arias. Des pièces de Purcell et Handel se retrouve sur chacune des sections, notamment la complainte poignante de Didon, de Didon et Énée, qui clôt « War », ainsi que la déchirante « Lascia ch’io pianga » d’Almirena, tirée de Rinaldo. Joyce DiDonato inclut également un extrait du Retour d’Ulysse de Monteverdi dans « Peace », qui se conclut avec l’aria provocante et optimiste de Cléopâtre « Da tempeste il legno infranto » de Giulio Cesare. Un deuxième aria de Giulio Cesare fait également figure de chanson inédite sur l’album : « Cara speme », l’apostrophe touchante à l’espoir de Sesto, livrée par Joyce DiDonato en un chant de murmures. Naturellement, la quête de paix et d’harmonie de DiDonato n’a jamais fait obstacle à ses recherches musicologiques d’arias rares : « War » inclut une aria du compositeur napolitain Leonardo Leo (1694-1744), tirée d’Andromaca, tandis que « Peace » en présente deux de son compatriote Niccolò Jommelli (1714-1774), l’une d’Attila et l’autre d’Attilio Regolo.

Sur le web: http://inwarandpeace.com/

Pendant la période d’apogée de l’opéra baroque, l’écrivain anglais Samuel Johnson avait fameusement décrit la forme hautement stylisée de l’opéra comme un divertissement exotique et irrationnel auquel on a toujours résisté, mais qui a toujours triomphé. Trois siècles plus tard, l’opéra continue de triompher en passionnant les artistes tout en ravissant et en fascinant les audiences. Rien n’arrive à égaler la puissance de l’opéra baroque quant à l’expression des notions de vie, d’amour et de mort. Au cours des dernières décennies, l’opéra baroque a connu une renaissance vigoureuse marquée par la redécouverte d’œuvres de grands maîtres tel que Handel, Monteverdi, Vivaldi et Purcell, ainsi que de bien d’autres compositeurs oubliés.

Énergisée par ces arias, Joyce DiDonato est vivement dévouée à engager les cœurs et les esprits des mélomanes à travers le monde. Elle encourage le public à populariser le mot-clic #TalkPeace sur les médias sociaux pour partager leurs pensées sur la paix et l’harmonie procurée par la musique.

« Et maintenant j’ai une question pour tous mes auditeurs : et vous, comment faite vous pour trouver la paix ? »
#TalkPeace

Source : Erato / Warner Classics