Jesse Cook

One World

Le nouvel album disponible le 28 avril

Informations : Simon Fauteux / Larissa Souline

Montréal, avril 2015 – Pour Jesse Cook, la musique est depuis toujours associée au voyage. Au sens propre comme au sens figuré. Son nouvel album One World, disponible le 28 avril, en est une exemple parfait. Le résultat, One World, est le disque le plus musicalement distinctif du catalogue pourtant déjà très varié de Jesse Cook.

Sur les 11 pièces de One World, les guitares, les sitars et les violons se marient aux claviers et aux sonorités électroniques pendant que les notes et les rythmes passent de façon ludique d’un haut-parleur à l’autre. Évidemment, les qualités guitaristiques exceptionnelles de Jesse Cook restent au centre de l’album, mariant subtilité de jeu, honnêteté dans l’exécution et véritables prouesses techniques. Mais cette fois, la musique de Jesse Cook flirte avec deux univers, celui du passé et celui de l’avenir, le familier et l’innovateur, l’acoustique et l’électronique, le tout redéfini par la technologie moderne, comme, du reste, le sont tous les aspects de la vie d’aujourd’hui.

« Je voulais que mes nouvelles compositions soient une sorte de Constantinople – aujourd’hui Istanbul – de la musique, cette cité antique qui se trouvait au confluent de l’Est et de l’Ouest, et où se rencontraient les cultures de l’Afrique, de l’Europe, de l’Inde et de l’Asie. One World, pour moi, c’est ça : un endroit où les sonorités anciennes rencontrent les modernes, un port où toutes les influences se croisent. »

Plutôt que d’explorer un à la fois différents styles musicaux – le flamenco, le classique, la rumba, la musique du monde, la pop, le blues ou le jazz –, il a décidé de les réunir dans son travail créatif. « L’aventure ne consistait pas tant à aller quelque part », précise-t-il à propos de cet album qu’il compare à un arbre gigantesque et très ancien (d’où la pochette). « Il s’agissait plutôt de montrer que nous vivons tous dans le même monde. Si on recule assez loin dans le temps pour avoir une vision globale de la musique, on s’aperçoit que tous les styles sont un peu comme les branches du même arbre. Ils sont tous rattachés au même tronc commun, qui remonte à des temps très lointains. »

Jesse Cook sera de passage à la Maison Symphonique de Montréal les 2 et 3 juillet prochain dans le cadre du Festival International de Jazz de Montréal. Les dates de la tournée québécoise de Jesse Cook prévue pour novembre seront annoncées sous peu.

Source : eOne Canada