Jacques Kuba Séguin

L’élévation du point de chute

Le nouvel album disponible le 23 septembre

Montréal, septembre 2014 – Le point de chute peut être l’endroit où tombe un projectile, mais également un lieu de rendez-vous, de rencontre. Pour moi, ces définitions s’unissent et se répondent : sans point chute, il n’y a pas de trajectoire ni de rencontre. – Jacques Kuba Séguin

Quatre ans après la sortie du dernier disque de ODD LOT, le trompettiste Jacques Kuba Séguin revient avec un nouvel album pour son sextet : L’élévation du point de chute, disponible le 23 septembre prochain. Il présentera le nouveau disque sur scène le 24 octobre à Québec, au Musée de la Civilisation dans le cadre du Festival International de Jazz de Québec et le 25 octobre à L’Astral dans le cadre de la série Jazz à l’année.

Compositeur et arrangeur de talent, authentique dans sa démarche, Jacques Kuba Séguin offre ici des mélodies sensibles et des envolés musicales puissantes. Entouré des musiciens chevronnés Frédéric Alarie (contrebasse), Jean-Pierre Zanella (saxophones alto, soprano et flute), André Leroux (saxophones ténor et bariton), ainsi que Kevin Warren (batterie) et Jonathan Cayer (piano, wurlitzer), Jacques Kuba Séguin a composé des pièces inspirées par leur grand talent de soliste, mais aussi dédiées à unir trois générations de jazzman. Il a également invité Stanley Péan à participer à l’album, ce dernier signant le texte ainsi que la narration sur la pièce Le Dilemme I.

Enregistré au studio Victor ainsi qu’au studio 12 de Radio-Canada de Montréal, L’élévation du point de chute est sans l’ombre d’un doute l’œuvre la plus achevée de Jacques Kuba Séguin, qui en signe non seulement la composition (sauf pour sa délicieuse relecture de La fin de l’homme de Daniel Bélanger) mais également la réalisation et les arrangements.

Trompettiste et compositeur aux racines polonaises, Jacques Kuba Séguin fait de plus en plus tourner les têtes depuis sa nomination à titre de Révélation Radio-Canada 2012-2013. Polyvalent et aventureux, le souffleur s’affirme au sein de formation à géométrie variable : avec l’ensemble ODD LOT, il métisse musique d’Europe de l’Est, harmonie jazz et sonorités électroniques, tandis qu’au sein du Litania Projekt, il conjugue néoclassique et jazz nord-européen.

Stimulé par le multiculturalisme de Montréal et par ses multiples collaborations avec des compagnies tels que le Cirque du soleil ou des artistes de la scène pop comme Jean Leloup, Pierre Lapointe et Ariane Moffat, JJacques Kuba Séguin personnalise le language jazz offrant une approche trompettistique à la fois lyrique, forte et moderne.