Guillaume Arsenault

De l’autre côté des montagnes

L’album disponible le 6 mai

Informations : Simon Fauteux / Larissa Souline

Montréal, mai 2016 – Dans la lignée folk intimiste, Guillaume Arsenault propose un bouquet de chansons panoramiques qui sentent l’air vif et le sapinage. Un cinquième album tendre et mélodieux, disponible le 6 mai, pour le Gaspésien formé en ébénisterie, qui polit son art comme un artisan travaille le bois. La nature est toujours présente dans l’œuvre de Guillaume Arsenault, qui pose en couverture d’album, le visage enchâssé dans le paysage.

Qu’est-ce qu’il peut bien y avoir au-delà de l’amoncellement de montagnes évoquant la silhouette d’une femme endormie ? « L’amour, nous dit le natif de Bonaventure. Après deux ans à faire l’aller-retour entre le nord et le sud de la Gaspésie, j’ai finalement emménagé sur le versant nord, à Cap-au-Renard, pour rejoindre une femme. »

Par une simplicité dénudée, Guillaume Arsenault cartographie le territoire et convoque la nature environnante : ciels d’hiver et falaises vertigineuses, la mer au loin, la caresse d’une fougère. Décrire le paysage pour mieux dévoiler ses sentiments? « C’est mon album le plus fragile. Je m’expose et laisse entrevoir des côtés de moi que j’assume moins habituellement. »

Que les chevreuils viennent parcourir tes épaules
Que les oiseaux se nichent en enroulant tes cheveux
Que les ruisseaux viennent bercer ton oreille
Que les nuages t’apportent des rêves de soleil

Guillaume Arsenault fait le pari audacieux d’être un créateur installé en région. Formateur dans les écoles et les festivals (à Petite-Vallée), concepteur sonore pour des documentaires et pièces de théâtre, réalisateur d’albums, celui de Joey Robin Haché entre autres, il vit de son art depuis quinze ans malgré les défis que cela comporte : public restreint et dispersé, éloignement géographique et professionnel, beaucoup de route et les petits maux qui viennent avec. La fierté de ses accomplissements et les marques de reconnaissance accumulées au fil du temps (nomination à l’ADISQ pour Arrangeur de l’année en 2010, Révélation Radio-Canada 2009-2010, finaliste au Prix Félix-Leclerc et à Ma Première Place des arts, lauréat Auteur-compositeur-interprète au Festival en chanson de Petite-Vallée) rejaillissent sur tout le village.

Un artiste fidèle à ses convictions et en pleine possession de ses moyens lance un bijou d’album amoureux qui réveille le printemps, fait chanter les oiseaux et courir la sève dans les arbres.

Source : Coop Les Faux-Monnayeurs