Diego El Cigala

En spectacle à Montréal

Le mercredi 6 mai à 20 h Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

Informations : Simon Fauteux / Larissa Souline

Montréal, avril 2015 – Diego El Cigala – le prince du flamenco – considéré comme le plus grand chanteur de flamenco de la planète sera de retour en spectacle à Montréal, le mercredi 6 mai prochain à 20h, à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Tournées mondiales à guichets fermés devant des spectateurs ébahis, le résultat est un triomphe absolu. Montréal accueille à nouveau et avec fierté celui que Paco de Lucia décrit comme  possédant « l’une des plus belles voix flamenco de notre époque, une voix d’une douceur qui coule sur tout ».

Les billets sont disponibles au :
https://billetterie.placedesarts.com/evTarifs.aspx?language=FR&owner=123&event=14272

Avec sa voix rauque, exultant un lyrisme passionné et profond, il porte fièrement son héritage gitan espagnol. Surnommé « le Sinatra du flamenco », il est l’un de ces rares artistes qui a réussi à gagner la reconnaissance du public à travers le monde, tout en restant fidèle à son héritage musical. Dans la voix de Diego El Cigala, le flamenco, le tango, le jazz et le boléro se fondent en un univers musical chaleureux sans frontières.

Diego Ramón Jiménez Salazar est né à Madrid en 1968 au sein d’une famille d’artistes. Sa petite taille et sa voix puissante lui valent d’être surnommé El Cigala par le légendaire chanteur de flamenco Camarón de la Isla. Son album Lágrimas negras (2003) enregistré avec le légendaire pianiste cubain Bebo Valdés le propulsera sur la scène internationale. Il lancera deux ans plus tard Picasso en mis ojos, un hommage au grand peintre conçu en collaboration avec le guitariste Paco De Lucía. Venant ajouter à son imposante discographie, son plus récent album Vuelve el Flamenco est paru l’an dernier.

En première partie : le groupe Lusitaniae Musica de Montréal et le trio de guitares Raizes de Coimbra du Portugal. Cette rencontre inédite des deux ensembles présente chant et musique de l’autre partie de la péninsule et des cultures ibériques, le Fado dans le style issu de cette ville ancienne universitaire.

Source : Tarquen’Art