Brubeck en tête

Points On Jazz

Le nouvel album disponible le 12 février

Informations : Simon Fauteux / Larissa Souline

Montréal, janvier 2016 – Avec l’album Points On Jazz à paraître le 12 février prochain, le groupe BRUBECK EN TÊTE, composé du pianiste Jean-Michel Rousseau, de la violoniste Marie-Soleil Bélanger, du contrebassiste Jean Cyr et du batteur Vincent Dionne, propose une incursion dans l’univers musical du légendaire Dave Brubeck, chef de file et principal représentant du mouvement « Cool Jazz ».

Après cinq années à naviguer dans les méandres du répertoire de Dave Brubeck, et avec l’idée qu’il fallait faire un  enregistrement pour assurer la pérennité du groupe BRUBECK EN TÊTE, le choix du répertoire devint une absolue nécessité. Fallait-il faire une énième version de Take Five ou Blue Rondo ? Non. BRUBECK EN TÊTE a plutôt  choisi un répertoire qui représente la vraie personnalité musicale de Dave Brubeck, cet aller-retour entre le jazz et le classique, le défi de toute sa  vie…C’est durant sa tournée de 1958 en Pologne, dans le train qui le mène de Llodz à Poznan, que Dave Brubeck compose un thème musical qu’il nomme Dziekuje ce qui veut dire « merci » en polonais. Cette pièce se retrouve sur un album intitulé « Jazz Impressions of Eurasia » paru la même année et jouée par le mythique quatuor. Ce thème deviendra « Points On Jazz », une suite en huit mouvements commandée par la chorégraphe Dania Krupska et l’American Ballet Theatre et qui est la pièce titre de cet ambitieux disque du quatuor BRUBECK EN TÊTE. Écrit originalement pour deux pianos, BRUBECK EN TÊTE en a fait un arrangement pour piano, quatuor à cordes et batterie. Une première pour cette composition exceptionnelle et véritable Jazz de chambre. Pour ce faire, BRUBECK EN TÊTE s’est assuré la participation de musiciens de haut-calibre avec Zoé Dumais au violon II, Élisabeth Giroux au violoncelle et du multi instrumentiste Michel « Rakumon » Dubeau à la clarinette basse et au sax soprano.

On retrouve également sur Points On Jazz,  des pièces fabuleuses comme « Brandenburg Gate » et « The Golden Horn », choisies pour leurs virtuosités et leur rareté d’exécution. Elles côtoient Forty Days et The Sermon, deux extraits de l’Oratorio « The Light in the Wilderness ». Koto Song, enregistré par Brubeck sur l’album « Jazz impressions of  Japan » met en vedette le Erhu, violon Chinois à deux  cordes, joué de mains de maître par Marie-Soleil Bélanger.

Dave Brubeck fait sa première tournée Européenne en 1958, cette tournée va changer sa vie. En effet lorsqu’il entend à Istanbul une musique de rue joué en 9/8, cela lui donne certaines idées. De retour aux USA il travaille à la composition de musique sur des rythmes asymétriques 5/4, 7/8, 6/4, 9/8 etc… et l’aventure commence. Ceci le mènera à la sortie de l’album TIME OUT paru en 1959 . . .et le monde s’enflamme.

Dave Brubeck est certainement le compositeur le plus influent sur la scène jazz aujourd’hui. Son énorme contribution au genre lui a valu d’être désigné pendant sa carrière, « légende vivante » par la Bibliothèque du Congrès Américain.

Découvrez celui qui a changé la face du jazz… et comment !